Au bonheur des mots

365 jours d’écriture #49 : Céladon

Thème de ce 49ème jour du défi proposé par Girl Kissed by fire : Céladon, n, m. Familièrement et ordinairement avec ironie, amant délicat et langoureux.

J’ai choisi d’écrire sur le sens propre de ce mot parce que j’adore cette « porcelaine verte ».

Agathe arriva chez Monsieur Li (l’homme aux Origamis) qui l’avait invité à prendre le thé. Elle aimait beaucoup bavarder avec le vieil homme dont chacune des paroles étaient emplie d’une profonde sagesse. Elle se sentait toujours profondément sereine après avoir passé du temps avec lui. Il lui ouvrit la porte et la fit entrer dans son salon, la pièce ne contenait rien d’autre qu’un futon un tatami et une table basse. Elle s’assit pendant qu’il disparaissait dans la cuisine d’où il revint avec un magnifique service à thé. Il versa l’eau de sa bouilloire dans un yusamashi pour la faire refroidir. Elle prit une des tasses pour l’observer de plus près. Elle était d’une somptueuse couleur verte et lisse comme la laque à l’intérieur le fond était orné de motifs et de subtiles craquelures. Tout en déposant cérémonieusement les feuilles de thé dans la théière il lui expliqua qu’il s’agissait de céladon, une technique chinoise ancestrale inventée au IIème siècle. Il versa ensuite l’eau dans la théière en continua ses explications pendant que le thé infusait. Il lui expliqua qu’à l’origine il n’en existait que du vert car les chinois aimaient cette teinte qui rappelait le jade, pierre sacré pour eux, plus tard les Coréens s’étaient mis à en fabriquer également mais le leur était bleu. On en fabriquait maintenant dans ces deux déclinaisons de couleur dans tout l’extrême orient. Il saisit alors la théière et versa une petit quantité de thé dans une tasse, puis dans l’autre et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’en reste plus une goutte dans la théière. Alors qu’elle s’étonna de cette pratique il lui expliqua que s’était pour qu’il y ait exactement la même concentration de saveur dans les deux tasses. Le thé était maintenant prêt, après avoir assisté à toute cette préparation elle n’osa pas se précipiter pour boire comme elle le faisait habituellement. Elle porta d’abord la tasse à ses lèvres et en respira les délicieuses effluves, elle trempa ensuite ses lèvres très délicatement puis prit une petite gorgée qu’elle garda en bouche un moment afin de profiter pleinement de son délicieux arôme.

49 - Celadon

Pour une fois la photo n’est pas de moi source Goodwei

Publicités

6 réflexions au sujet de « 365 jours d’écriture #49 : Céladon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s