Non classé

365 jours d’écriture #19

Thème de ce 19ème jour du défi proposé par Girl Kissed by fire : Origami

Ce sujet m’a enthousiasmée dès que je l’ai lu car je rêve d’apprendre les arts du papier et l’origami en particulier. J’aime beaucoup cette délicate touche de poésie que sont les origamis, l’élégance de ces pliages et les jolies couleurs des papiers japonais…

Quand j’ai commencé à chercher des idées pour écrire le texte d’aujourd’hui je me suis dit que ce serait un bon moyen pour occuper les longues soirées d’Hélène en terre Adélie mais je trouvais que l’activité ne convenait pas à ce personnage téméraire. C’est donc Agathe qui sera mon personnage du jour.

Agathe n’avait pas envie de passer encore une journée seule enfermée dans son petit appartement, elle profita du soleil radieux de ce dimanche matin pour aller visiter le jardin Albert Khan. Elle aimait beaucoup cet endroit où elle pouvait faire voyager son imagination dans différents pays rien qu’en se promenant. Elle allait entrer dans le jardin japonais lorsque quelque chose de coloré au sol attira son regard. Elle se pencha pour voir de plus près et se rendit compte qu’il s’agissait d’une grue en origami. Elle allait la ramasser mais remarqua qu’elle semblait indiquer une direction. Elle s’en amusa et suivit le chemin ainsi désigné. Quelques pas plus tard elle en trouva une nouvelle, qu’elle suivit également, puis encore une autre, et ainsi de suite jusqu’à arriver devant une des maisons du village japonais. Quatre petites grues de papier y étaient disposées en cercle. « Je dois être arrivée » se dit-elle pensant que ce parcours avait été aménagé par le musée auquel appartenait le jardin. Elle pénétra dans la maison où un vieil homme était occupé à plier des origamis. Il devait travailler ainsi depuis un long moment, car la pièce était remplie d’une ménagerie de papier. Il y avait des grues comme celles qu’elle avait suivies jusqu’ici mais également des cygnes, des girafes, des chevaux, des papillons, des loups, des hippocampes et des poissons. Le vieil homme se tourna alors vers elle et la regarda avec un sourire bienveillant. « Vous avez suivi les grues ? » « C’est bien cela » répondit-elle intimidée par le regard profond du vieil homme « Je vous félicite pour votre sens de l’observation jeune fille, voilà trois jours que je les ai déposées et vous êtes pourtant la première à arriver jusqu’à moi. Souhaitez-vous apprendre à plier des origamis ? » « Avec plaisir mais je crains de ne pas y arriver, je ne suis pas du tout habille de mes mains… » Avoua-t-elle un peu gênée « Ne laissez pas la tristesse de votre passé, ni la peur de votre futur gâcher le moment présent »* lui répondit-il avant de se mettre à lui montrer les pliages. Agathe sentit alors que cette étrange rencontre allait bouleverser sa vie…

* Pour la réponse du vieil homme je cherchais une citation du dalaï lama qui parlais du passé du présent et du futur et dont je ne me souviens plus exactement, je n’ai pas retrouvé la citation que je cherchais mais j’ai trouvé que celle-ci convenait parfaitement, j’aurais bien voulu citer sa source mais je ne l’ai pas trouvée.

Publicités

7 réflexions au sujet de « 365 jours d’écriture #19 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s