Au bonheur des mots

365 jour d’écriture #9

Thème de ce 9ème jour du défi proposé par Girl Kissed by fire :

Adalie : n.f Coccinelle marquées de deux points noirs

Je vous avoue que je ne connaissais pas ce mot et suite à une lecture un peu trop rapide du sujet j’ai d’abord cru que le sujet était Adélie, ce qui me faisait penser à tout autre chose qu’à une coccinelle (et pour cause du coup !😳). J’avais déjà une idée qui s’était bien développée avec ce faux sujet, donc je vous propose aujourd’hui  deux textes au lieu d’un.

Pour le sujet Adalie, je n’avais vraiment pas d’idée alors je suis partie dans l’imagination complète…

Adalie :

–          « Que fais-tu encore dans cette bibliothèque mon fil, tu n’as pas encore rejoint l’armée » tonna Albertus

–          « Père, je viens de trouver dans ce grimoire, une prophétie concernant l’attaque de l’armée des morts »

–          « La belle affaire, ce ne sont pas quelques mots écrits par des mages fous il y cent siècles qui va nous faire gagner cette guerre ! » répondit son père de plus en plus en colère.

–          « Mais, il y était question d’un sort qui pourrait nous sauver ! »

–          « Ne me parle pas de ces sornettes et va te battre »

Elésia décida d’intervenir « Il a raison, Albertus, seule la magie pourra nous sauver maintenant. J’ai toujours senti que notre fils était appelé à autre chose que la guerre, je me demande depuis longtemps ce qui a bien pu se passer pour que le test le classe dans la caste des guerriers  »

Elle ne vit pas son mari tressaillir à ses mots mais elle l’entendit marmonner « soit, tu as quarante-huit heures pour te présenter à ta garnison, je te laisse libre d’occuper ce temps comme tu le désire. »

Leur fils parti alors précipitamment voir le grand mage Abrézius.

 

–          «  Que fais-tu ici jeune Aurorus, tu n’as pas encore rejoint l’armée ? »

–          « Grand mage » Répondit celui-ci très impressionné « je me permet de venir vous déranger car j’ai lu dans ce grimoire un prophétie au sujet de l’attaque de l’armée des morts »

–          « Me parlerais-tu de la prophétie des Adalies ? »

–          « Oui c’est bien cela » Répondit Aurorus se disant soudain qu’il avait été bien effronté de penser apprendre quelque chose au grand mage

–          « J’admire ton intérêt pour la magie jeune guerrier, mais ce que tu ignores c’est que pour réaliser le sort évoqué dans la prophétie il faudrait pouvoir trouver 3 adalies. Ces coccinelles marquées de deux points noirs ont presque complètement disparu, on ne les trouve plus que dans la forêt du printemps éternel, pour s’y rendre il faut traverser le territoire des loups. Seul un Sorcier capable de parler aux animaux aurait une chance d’y arriver, mais comme tu le sais il n’y en a plus aucun dans le royaume. » lui dit alors Abrézius d’un ton las et desepéré.

–          « Je ne suis pas un sorcier mais je sais parler aux animaux, laissez-moi au moins essayer, nous n’avons plus aucune chance de remporter cette bataille sans cela »

–          « Si tu parlais aux animaux, tu serais un sorcier, mais le test ne se trompe jamais et il a dit que tu étais un guerrier » lui répondit Abrézius incrédule

–          « Le test ne ment jamais grand mage, mais les membres du conseil, s’ils sont suffisamment nombreux, peuvent falsifier les résultats, c’est ce qu’ont fait mon père, mon grand-père et mon oncle. Mon père a toujours eu une haine profonde pour les mages et les sorciers, il ne pouvait pas tolérer que son fils en soi un, il pensait qu’en me formant aux arts de la guerre ma nature de sorcier disparaitrait. » avoua t’il en rougissant

–          « J’aurai du m’en douter en te voyant passer tant de temps dans les bibliothèques, on n’avait jamais vu aucun guerrier s’intéresser aux livres avant toi ! Il semble que mon grand âge ait obscurci mon jugement. Quelle inconscience de la part de ton père ! La sorcellerie est un art qui demande des décennies de pratiques. Je ne sais pas si tu vas pouvoir accomplir cette mission sans ces connaissances mais je vais devoir t’envoyer quand même au pays du printemps éternel pour chercher les Adalies, Aurorus, car tu es notre seul espoir »

Adélie

La confirmation était arrivée, Elle allait partir en octobre prochain passer les 6 mois d’hiver austral sur la base Dumont D’urville en terre Adélie. Hélène était aux anges, elle allait passer tout un hiver en antarctique, au milieu des phoques, des manchots, des petrels des neige…. Elle en avait toujours rêvé, non seulement parce qu’en tant qu’ornithologue elle avait une fascination pour la faune de cette région du monde mais aussi parce qu’elle aimait dépasser ses limites. L’aventure commencerait dès le départ du bateau pour 5 à 15 jours de mer (selon les conditions météo) et le passage des 40èmes rugissants et des 50èmes hurlant, puis il faudrait supporter les longs mois d’isolement avec seulement quelques compagnons d’hivernage pour toute compagnie. Elle aimait les défis, elle en avait besoin pour se sentir vivante. Lucas ne la suivrait jamais sur ce terrain-là, pas question de l’emmener faire des sports extrêmes ni aucune de ces choses qui la faisaient vibrer. Jusqu’à présent cela ne l’avait pas dérangé, l’admiration qu’elle avait pour lui était plus forte que le besoin de partager ses passions avec lui, mais son comportement à propos du mariage ressemblait fort à de l’hésitation ou pire à de la lâcheté. C’était les deux défauts qu’elle trouvait les plus rédhibitoires chez une personne, elle ne les avait jamais remarqués chez lui avant mais, depuis, ça lui sautait aux yeux sans arrêt. Elle avait été prête il y a quelques mois à faire sa valise pour ne plus jamais revenir. Plutôt que de prendre une décision définitive sur un coup de tête elle avait décidé, pour une fois, de prendre le temps de réfléchir et c’est ce jour-là qu’elle avait posé sa candidature. Les 6 mois d’hiver en terre Adélie, allaient lui laisser tout le loisir de réfléchir !

 


Publicités

5 réflexions au sujet de « 365 jour d’écriture #9 »

  1. Je suis en retard sur mes lectures et cela ne risque que de s’aggraver au fil des jours… Je viens seulement de lire cette page. J’ai préféré ton deuxième texte, celui sur Hélène et la terre d’Adélie. Il faut dire qu’après avoir lu toute la série des Harry Potter, je crois avoir eu mon comptant de magie! Jamais pu accrocher au Seigneur des Anneaux, au grand regret de mes enfants!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton retour. Personnellement j’adore lire la fantasy et j’ai adoré lire les texte des autres participantes écrits dans ce style. Mon manque d’inspiration ce jour là a été l’occasion d’essayer mais je ne pense pas que j’en referai d’autre pendant le défi. Bonne journée

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s